1- BUT DU PROJET

Le présent projet a pour but de faciliter la compréhension et l’implication de la société civile et des communautés locales ivoiriennes dans le mécanisme de la REDD+, la lutte contre les changements climatiques et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières. Pour faciliter leurs contributions dans les prochaines phases du mécanisme de la REDD+, elles seront mises à niveau sur la stratégie nationale REDD+, les enjeux de la lutte contre les changements climatiques et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières.

  2- OBJECTIFS DU PROJET

En facilitant la compréhension et l’implication de la société civile et des communautés locales dans le mécanisme de la REDD+, la lutte contre les changements climatiques et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières en Côte d’Ivoire, nous souhaitons :

  • Vulgariser la stratégie nationale REDD+ et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières.
  • Renforcer la contribution de la société civile et des communautés locales dans  la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des projets REDD+ et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières en Côte d’Ivoire
  • Créer/renforcer les synergies entre les médias, la société civile, les communautés locales et le Secrétariat Exécutif Permanent de la REDD+

                  3- RÉSULTATS:

Résultat 1 : Les communautés locales  se sont appropriées la stratégie nationale de la REDD+ et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières.

Dans le cadre des projets de réduction des émissions de gaz à effets de serre, l’appropriation des politiques et mesures autour desquelles est bâti un mécanisme est primordiale. Cela montre le caractère inclusif du mécanisme et l’approche participative garantit le succès dans sa mise en œuvre.  Il est donc important d’identifier les communautés locales productrices de vivriers afin de les sensibiliser et de renforcer leurs capacités par la création des groupes communautaires producteurs de vivriers et par des campagnes d’information radiophoniques.

Résultat 2 : La société civile et les communautés locales ont contribué de façon qualitative dans la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des projets REDD+ et des politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières.

La mise en œuvre des projets REDD+ répond, certes, aux engagements internationaux pris par nos dirigeants mais les bénéficiaires que sont les communautés locales ont un rôle prépondérant à jouer dans la mise en œuvre de ces projets. Les femmes sont beaucoup impactées par les effets du changement climatique. Leur résilience permet à leurs communautés de s’adapter. La qualité de leurs contributions sera donc déterminante dans les résultats des projets en lien avec la REDD+.

Résultat 3 : Les synergies sont créées et/ou renforcées entre les médias, la société civile, les communautés locales et le Secrétariat Exécutif Permanent de la REDD+

Les expériences, les bonnes pratiques et les résultats de la contribution aux projets REDD+ en Côte d’Ivoire sont partagés par les médias, les communautés locales et la société civile au niveau national. Le mécanisme de la REDD+ et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières permettront d’améliorer la qualité des vies des communautés locales et la protection des ressources naturelles dont elles dépendent. Mais pour y arriver, il aura fallu une contribution de toutes les parties prenantes. Partager avec d’autres acteurs les expériences, les bonnes pratiques et les résultats de la contribution des uns et des autres est une approche qui permettra d’améliorer les actions et d’encourager les synergies dans le futur.

                         4ACTIVITÉS:

Activités 1 : Sensibilisation et renforcement des capacités des communautés locales sur le changement climatique, la REDD+ et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières.

  •  Activité 1.1 : Rencontre avec les communautés locales et présentation du projet.

La rencontre avec les communautés locales permettra de leur présenter le projet et recueillir les attentes éventuellement non prises en compte des populations bénéficiaires.

  •  Activité 1.2 : Séance de sensibilisation et d’information des communautés locales identifiées sur le changement climatique et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières.

Cette activité se focalisera sur des outils pour expliquer, en des termes très clairs et simples, la synthèse de la stratégie REDD+, ses implications avec les enjeux du changement climatique et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières. Le rôle des communautés locales dans la réduction des émissions sera mis en avant afin de susciter leur adhésion.

  •  Activité 1.3 : Création de groupes communautaires producteurs de vivriers et renforcement de leurs capacités sur la REDD+.

Pendant les phases de mise en œuvre des projets REDD+, des consultations seront organisées, des enquêtes seront également menées pour recueillir l’avis des communautés locales. Pour faciliter la contribution et l’implication de celles-ci, nous allons créer des groupes communautaires producteurs de vivriers dans les localités identifiées. Formés en majorité de jeunes et de femmes, ces groupes communautaires producteurs de vivriers créés vont servir d’interface entre leur communauté au niveau local et les parties prenantes de la REDD+. De façon générale, ils facilitent aux communautés locales, la compréhension des projets et contribuent à leur mise en œuvre dans leur localité. De façon spécifique, les groupes communautaires producteurs de vivriers participent à l’organisation pratique des tâches et missions relatives aux projets REDD+ telles que la sensibilisation aux politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières, la tenue de registre des accords et oppositions, l’approbation des résultats de consultations, la signature de constat d’existence continue et paisible de droits coutumiers sur une parcelle ou un territoire, le règlement des conflits éventuels, l’identification et la proposition de compétences locales.

  •  Activité 1.4 : Production et diffusion de programmes radiophoniques sur le Climat et LA REDD+ en langue française au sein des communautés locales.

Ici, nous mettrons l’accent sur la traduction des messages en langue française. Ces messages seront diffusés sur les radios communautaires qui sont très écoutées par les communautés locales. Nous allons identifier des messages en concertation avec certains acteurs engagés dans la REDD+ et le Climat. Nous pensons à une mutualisation pour être efficience dans la sensibilisation radiophonique. Ces productions seront libres de droits mais pourront être diffusées sous certaines conditions.

 Activités 2 : Renforcement de la contribution de la société civile et des communautés locales à la REDD+ aux politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières.

  • Activité 2.1 : Identification des OSC, notamment les organisations de jeunes et de femmes, marginalisées lors de la phase de préparation de la REDD+.

Un répertoire des OSC de femmes et de jeunes qui n’ont pas pris part à la phase de préparation de la REDD+ sera constitué. Ensuite, des critères de sélections seront élaborés pour choisir les OSC qui bénéficieront du programme de renforcement de capacités. Les OSC retenues verront leurs capacités renforcées sur le mécanisme de la REDD+ et le Climat en Côte d’Ivoire.

Pour participer à l’atelier de formation, Cliquer ici .

  •  Activité 2.2 : Renforcement des capacités des OSC en vue de faciliter leur implication dans les prochaines étapes du mécanisme REDD+

Des séances de formations qui réuniront les OSC seront organisées. A cet effet, celles-ci verront leurs capacités renforcées par des experts de la REDD+, en genre et gouvernance participative et en politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières.

  •  Activité 2.3: Atelier d’élaboration et de validation du « guide de bonnes pratiques d’agroforesterie»

Dans le cadre de la gestion durable des forêts en Côte d’Ivoire, la SODEFOR collabore avec les communautés locales pour la mise en œuvre d’activités de sylviculture. Cette collaboration « verticale » se fait, parfois, entre le chef du village et l’administration forestière. Pourtant, plusieurs membres de la communauté disposent d’intérêts parfois divergents. L’implication insuffisante de certains membres des communautés a été à l’origine de plusieurs conflits lors de la mise en œuvre des projets de la SOCDEFOR.

De plus, dans le cadre du projet REDD+ de la Mé, des comités de développement local ont été créé pour aider les populations à identifier et proposer leurs besoins exclusivement en matière d’infrastructures de développement (école, maternité, routes, pompes hydrauliques, etc).

Sachant que la sécurité et la souveraineté alimentaires permettront d’augmenter les revenus des ménages agricoles, il est donc important de connaitre les bonnes pratiques d’exploitation des terres agricoles associant des arbres et des cultures ou l’élevage.

Un atelier réunira les membres de différents groupes communautaires producteurs de vivriers créés. Cet atelier facilitera l’élaboration et la validation du « guide de bonnes pratiques d’agroforesterie en Côte d’Ivoire » avec le maximum d’acteurs déjà impliqués dans la question. Ce guide sera diffusé au sein des communautés locales bénéficiaires ou non des projets REDD+.

 Activité 3 : Ateliers nationaux d’information des médias, de la société civile et des communautés locales sur la deuxième phase (phase d’investissement) de la REDD+ et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières

  •  Activité 3.1 : Atelier national d’information de la société civile et des communautés locales sur la deuxième phase (phase d’investissement) de la REDD+ et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières

Il s’agira d’informer la société civile et les communautés locales sur la phase en cours du processus REDD+ : la phase des investissements et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières.

  •  Activité 3.2 : Atelier national d’information des acteurs des médias sur la deuxième phase (phase d’investissement) de la REDD+ et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières

Il s’agira d’informer les médias sur la phase en cours du processus REDD+ : la phase des investissements et les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières.  Cet atelier renforcera l’engagement des médias à produire du contenu pour soutenir la REDD+ et les activités de lutte contre les changements climatiques et promouvoir les politiques et mesures de l’agriculture zéro déforestation en lien avec les cultures vivrières.

Pour lire ou télécharger les présentations de cette activité, cliquez sur chaque lien:

Communication du SEP REDD+

Communication de la SODEFOR

Communication de l’UNESCO

Communication du Programme National Changement Climatique

 

5BÉNÉFICIAIRES DU PROJET

Les bénéficiaires directs du projet sont estimés à au moins 10 000 personnes et sont repartis entre les populations de la région du Gbèkè, du N’Zi et de l’Iffou .

Pour toute information relative au projet, merci d’écrire  à annek@amistad.ci  ou bricedelagneau@amistad.ci

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*